LA VÉRITÉ

 

ADPX

 

  • QUE DE TEMPS PERDU A NE RIEN ENTREPRENDRE

 

  • QUE D’ARGENT PUBLIC DILAPIDÉ

 

  • QUE DE DÉGÂTS CAUSÉS AU PATRIMOINE

 

 

Il faut savoir que déjà il y a plus de 13 ans, alors que  les derniers militaires quittaient la caserne Ardant-du-Picq  les responsables communaux d’alors avaient initié une étude afin d’élaborer un projet de réaménagement. Voir ci-dessus le dessin(clic pour agrandir) de l’avant projet réalisé par le cabinet d’urbanisme et d’architecture Colboc.

Projet qui profitait alors d’un site dans un état parfaitement conservé permettant de concevoir et de réaménager d’une façon optimale et à des coûts abordables.

Les  bâtiments au début des années 2000:

AdP DébatADP9ADP10

 

Regardons à présent l’état des lieux à ce jour et demandons nous  si l’accusation de non assistance à patrimoine en danger est recevable.

https://www.facebook.com/photo.php?v=10200465925427513&set=vb.1138285184&type=2&theater

Merci à Jacques pour ce reportage photo édifiant.

Les journées du patrimoine

JP01

LE CITOYEN ET LE PATRIMOINE.

A l’occasion des journées du patrimoine l’association Patrimoine Saint-Avold a organisé une rencontre conviviale devant la caserne Ardant-du-Picq.

Il faut saluer la démarche de ceux qui ne se contentent pas seulement de visiter le patrimoine en bon état, vitrine officielle de notre pays, mais qui montrent leur intérêt pour des sites historiques qui méritent d’être défendus contre l’attaque des affairistes démolisseurs.

De par cet acte de présence, ils ont fait montre d’éthique civique, celle des citoyens qui au sein de la société dans laquelle ils vivent et jouissent de droits, assument leur devoir pour la collectivité.

La citoyenneté s’acquiert, se conquiert et n’est pas individualiste, mais s’exerce pour une cause qui dépasse l’individu. Si elle peut sans doute s’exercer au profit de la Société telle qu’elle est organisée, elle doit également conduire à la contestation ou la remise en cause d’un ordre établi et à l’engagement pour une transformation sociale.

Le patrimoine est un bien collectif qui nous a été légué et que nous transmettrons nous-mêmes. Nous en sommes responsables collectivement et individuellement, aujourd’hui pour demain. Peu de lieux ou d’espaces matérialisent aussi bien cette co-responsabilité des citoyens vis-à-vis d’eux mêmes comme vis-à-vis des citoyens à venir.
Le patrimoine nous parle de notre histoire et en particulier de notre histoire sociale. Il nous rappelle la vie d’hommes et de femmes comparables à la nôtre et que nous pouvons nous approprier au travers des traces qu’ils nous ont laissées.
Le patrimoine, par l’histoire qu’il nous décrit et l’enseignement qu’il nous apporte, constitue un moyen de développer notre sens critique et notre capacité à tirer des enseignements. Il nous permet ainsi de resituer des actions dans leur contexte, d’accroître notre tolérance et notre compréhension de l’autre. Il facilite la construction individuelle et collective de notre avenir.
La défense du patrimoine est un excellent support d’apprentissage de la citoyenneté.

D’excellents esprits affirment que la vigilance ne se délègue pas et que tout pouvoir est médiocre voir dangereux dès qu’on le laisse faire.

JP02

DEBAT PARTICIPATIF

AdP Débat

QUOI FAIRE ET COMMENT ?

« Il est souhaitable de se reposer d’une manière globale la question du patrimoine »,

Dans de nombreux cas, c’est la menace imminente d’une démolition qui pousse les citoyens à intervenir, quand le bulldozer est presque au coin de la rue. Ce qui d’évidence est le signe d’une politique du patrimoine incohérente. L’analyse du bien commun, de l’espace public et finalement ce qui fait l’identité d’un pays n’a pas été pris en compte. Le cas de la caserne Ardant-du-Picq aurait pu être une opportunité de développement dans le domaine du patrimoine culturel.

DU NEUF AVEC DU VIEUX ?

C’est une des pistes explorées par notre association  »Patrimoine Saint-Avold » et notamment par ceux qui pensent que le patrimoine doit être, avant tout, un secteur vivant. Autrement dit, qu’il ne faut pas hésiter à le mettre au service des besoins de la collectivité, quand cela est possible. Dans cette optique, il convient de s’appuyer sur l’existant, plutôt que de pratiquer la politique de la table rase.  Par exemple réaménager un intérieur « contemporain » dans un corps de bâtiment historique ; Les architectes lorsqu’ils remanient les palais, au gré des époques n’hésitent pas à le faire. C’est une politique raisonnable et soucieuse du temps qui passe.

L’ancienne caserne Ardant-du-Picq pourrait devenir :

  • un domaine de promotion de la participation du public
  • une opportunité de créer un lieu de vie de qualité
  • une occasion de partenariats en faveur du patrimoine
  • un  » projet pilote  », dans un contexte culturel de développement durable

Mais à quels usages ou besoins concrets pourraient répondre la conservation et le réaménagement du site Ardant-du-Picq ?

Nous vous proposons de participez à la réflexion. Toutes vos idées sont les bienvenues, abordez cet exercice avec ouverture et confiance, les débats avec les citoyens sont rarement stériles.

Afin d’amorcer ce remue-méninge trouvez ci-dessous quelques suggestions que nous vous encourageons à compléter et commenter :

1. Un jardin public nature et détente, espace vert pour les Naboriens

2. Un marché public couvert

3. Un centre administratif avec bureaux pour des activités tertiaires

4. Un pôle de gérontologie avec soins et résidences

5. Une pépinière d’entreprises

6. Un lotissement d’habitations privées

7. Un pôle culturel comprenant :bibliothèque, médiathèque, centre d’éducation populaire, salle de conférences, salle d’expositions, télé & radio locales, salles de formation etc…

8. Un centre de loisirs équestres

9. Des jardins pour culture bio et verger arboricole (coopératif et éducatif)

10. Une clinique médicale privée

11. Des immeubles de résidence

12. Un jardin d’enfants avec crèche et halte-garderie

13. Un centre de loisirs avec bowling, squatch, dancing, restaurant etc….

14. Un musée de l’histoire de Saint-Avold

15. Un centre mutualisé pour les associations de la ville

16. Une auberge de jeunesse

17. Une salle de théâtre, une salle de concerts (auditorium)

Considérez cette liste de propositions comme non exhaustive. Les futurs responsables de ce projet pourront s’en servir comme base de travail.

Merci d’avance pour votre contribution collaborative.

En réponse à Monsieur le Maire; Encore du Patrimoine qui s’en va….

CAS IMMO

ET CA CONTINUE !!!!!

Une des dernières maisons de ce style architectural à Saint-Avold.

21 avenue Clémenceau

Cherchez l’erreur!!!
Prix de vente estimé par les Domaines sans locataire : 220.000 €
Prix de vente estimé par les Domaines avec locataire : 176.000 €
Vendu par la municipalité: 120.000 €

 

 

Monsieur le maire,

 Vous assumez votre choix en terme de gestion du patrimoine communal mais votre choix n’est pas forcément celui des naboriens.

Vos explications ne nous ont pas du tout convaincus.

 Nous doutons de votre sens du bien commun vu la manière dont vous avez mené ce projet en négligeant totalement d’informer et de consulter les citoyens.

 Votre argumentation n’est pas digne car elle procède de la manipulation.

 Informer ce n’est pas embrouiller la pensée des administrés en manipulant la chronologie et les faits réels de cette affaire. Vous avez agi d’une façon inconséquente et irresponsable dans le traitement de la conservation et la réhabilitation de ce patrimoine. L’état actuel du site Ardant du Picq le prouve.

 Vos réactions vis à vis des citoyens qui osent dénoncer le mauvais traitement que vous infligez au patrimoine naborien nous confortent à croire que vous êtes incapable d’écouter et de comprendre leur appel.

Arrêtez de vouloir faire peur aux habitants en agitant des chiffres sur des prix de travaux sans fondement occasionnant des impôts délirants. C’est de la malhonnêteté intellectuelle que de procéder ainsi.

 Le peu de clarté, de détails et de transparence de votre soi-disant projet le rend suspect.

 De plus, la précipitation avec laquelle vous bradez le patrimoine au regard des 8 ventes qui étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal du mois d’août, renforce encore notre ressenti.

 Monsieur le Maire, pour une fois écoutez vos administrés et acceptez un moratoire sur la démolition et la vente d’Ardant-du- Picq.