Les journées du patrimoine

JP01

LE CITOYEN ET LE PATRIMOINE.

A l’occasion des journées du patrimoine l’association Patrimoine Saint-Avold a organisé une rencontre conviviale devant la caserne Ardant-du-Picq.

Il faut saluer la démarche de ceux qui ne se contentent pas seulement de visiter le patrimoine en bon état, vitrine officielle de notre pays, mais qui montrent leur intérêt pour des sites historiques qui méritent d’être défendus contre l’attaque des affairistes démolisseurs.

De par cet acte de présence, ils ont fait montre d’éthique civique, celle des citoyens qui au sein de la société dans laquelle ils vivent et jouissent de droits, assument leur devoir pour la collectivité.

La citoyenneté s’acquiert, se conquiert et n’est pas individualiste, mais s’exerce pour une cause qui dépasse l’individu. Si elle peut sans doute s’exercer au profit de la Société telle qu’elle est organisée, elle doit également conduire à la contestation ou la remise en cause d’un ordre établi et à l’engagement pour une transformation sociale.

Le patrimoine est un bien collectif qui nous a été légué et que nous transmettrons nous-mêmes. Nous en sommes responsables collectivement et individuellement, aujourd’hui pour demain. Peu de lieux ou d’espaces matérialisent aussi bien cette co-responsabilité des citoyens vis-à-vis d’eux mêmes comme vis-à-vis des citoyens à venir.
Le patrimoine nous parle de notre histoire et en particulier de notre histoire sociale. Il nous rappelle la vie d’hommes et de femmes comparables à la nôtre et que nous pouvons nous approprier au travers des traces qu’ils nous ont laissées.
Le patrimoine, par l’histoire qu’il nous décrit et l’enseignement qu’il nous apporte, constitue un moyen de développer notre sens critique et notre capacité à tirer des enseignements. Il nous permet ainsi de resituer des actions dans leur contexte, d’accroître notre tolérance et notre compréhension de l’autre. Il facilite la construction individuelle et collective de notre avenir.
La défense du patrimoine est un excellent support d’apprentissage de la citoyenneté.

D’excellents esprits affirment que la vigilance ne se délègue pas et que tout pouvoir est médiocre voir dangereux dès qu’on le laisse faire.

JP02

6 commentaires

  • Intéressantes réflexions sur le patrimoine et la citoyenneté…
    Je n’ai pas pu me rendre à votre manifestation car j’animais au même moment une sortie patrimoine pour une autre association dont le nom est désormais maudit à St Avold (!).
    Au retour, je suis passé par les casernes et j’ai constaté (sans surprise, il est vrai) que l’accès avait été soigneusement interdit. Étrange quand même…Cela fait 15 ans que le site est livré aux pillages et aux incursions de toutes sorte sans même un panneau d’interdiction. Il suffit que le citoyen naborien s’intéresse un peu à son patrimoine pour qu’à grands renforts de barrières, de panneaux et d’arrêtés municipaux on lui interdise l’accès…D’un jour à l’autre, le site est devenu extrêmement dangereux…mais dangereux pour qui, pourrait-on, perfidement se demander?

  • Dans le républicain Lorrain de ce matin monsieur le maire nous donne quelques précisions sur l’avenir du site. On peut lire que le mess sera destiné aux associations « patriotiques ».
    Alors je me pose deux questions:
    1; Y a-t-il vraiment eu une réflexion sérieuse sur le devenir de ce mess. En effet, on est passé du siège de la CCPN, à un musée puis à un local associatif. Projets très » adaptatifs » pour le moins.
    2; Je n’ai rien contre les associations patriotiques. Je souhaite simplement que dans le cadre des restrictions drastiques des subventions sur St Avold, monsieur le maire pense également à toutes les autres associations. Chacune d’elle (sur les centaines que compte la ville) pourrait légitimement demander sa part. Et si chacune obtenait un local de plusieurs millions d’euros?
    Monsieur le maire, il s’agit encore une fois du patrimoine de tous les naboriens!

    • Que cherche Monsieur le Maire en faisant cyniquement l’amalgame entre Patrimoine et patriotisme ?
      Derrière cette nouvelle promesse attribuant le mess des officiers à une association « patriotique », se cache de toute évidence autre chose.
      Une alliance déguisée pour les prochaines élections municipales ?
      Un marché passé avec un adversaire potentiel ?
      Décidément que de manipulations.
      Notre association a une conception toute différente du bien public et voit dans la proposition de Monsieur le Maire un nouvel acte de clientélisme.
      Nous rappelons que nous défendons le patrimoine et particulièrement la caserne Ardant-du-Picq et que nous refusons tout lien avec des organisations qui ne partagent pas nos valeurs.

    • Bien d’accord avec vous, rien n’est cohérent, les projets sont flous. C’est une valse à trois temps… qui ne tient pas compte des Naboriens.Merci de votre soutient nous sommes mobilisés pour donner la paroles à ceux qui sont les premiers concernés les citoyens.N’oublions pas que le premier magistrat de cette ville est responsable de l’état du site , nous travaillons pour le mettre enfin devant ses responsabilités… Cordialement.

  • Attention, monsieur le maire essaye de minimiser votre action citoyenne et cherche à vous discréditer !
    Je vous suis depuis le début et suite à l’article du RL qui m’a laissée dubitative, je viens de relire vos différents articles et les commentaires. Votre but est clairement d’obtenir un moratoire sur la destruction du site et de faire participer les naboriens à l’élaboration d’un projet commun. A aucun moment il n’a été question de faire attribuer quelque bâtiment que ce soit à une association en particulier. Il faut le redire haut et fort.
    Attention à la récupération et aux manigances de ceux pour qui citoyenneté et participation ne signifient apparemment rien.
    Thérèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *