Un locataire sur les décombres d’Ardant du Picq ?

 

Nouveau Dessin OpenDocument

Le 19 novembre a eu lieu un grand spectacle au conseil municipal de Saint-Avold.

Cette séance cauchemardesque mérite un grand nombre de qualificatifs peu élogieux mais n’était certainement pas un bon exemple pour la démocratie.

L’autorisation de signer un bail emphytéotique d’une durée de 99 ans a été votée au bénéfice d’une société privée.

Une location très avantageuse pour le locataire car il pourra pour la modique somme de 10000€ par an soit 834 € par mois,  bénéficier d’un terrain d’environ 130 ares en pleine ville sur lequel il pourra construire une clinique privée. Quel investisseur ne rêve pas d’une telle aubaine ?

Naturellement comme à son habitude Monsieur le Maire n’a fait aucune information au public concernant cette opération et maintient un épais brouillard autour de ce contrat.

Aucune évaluation du bien-fondé de cet accord qui liera la collectivité pour un siècle n’a été faite et rendue publique.

Les termes détaillés du contrat de bail n’ont pas été divulgués aux conseillers municipaux avant de solliciter l’autorisation de signer.

Demander à un conseil municipal de donner son accord dans la plus grande ignorance des conditions du bail et surtout des droits et des devoirs des contractants, c’est faire peu de cas de nos représentants élus.

Vu la précipitation et les ambiguïtés dans la méthode de dépeçage du site Ardant du Picq, il est permis de se poser la question « atteinte à la probité publique ou pas ? ».

Il faut effectivement beaucoup de courage et de détermination pour s’opposer à cela, mais pourquoi ne plus s’indigner et ne pas dénoncer ?

Toutes les langues sont-elles muselées, bâillonnées par on ne sait quels moyens ?

Pourtant les associations, les organismes et la presse n’ont-ils pas vocation d’être des contre- pouvoirs dans notre système qui se dit démocratique ?

Notre association continuera à défendre ce patrimoine. Notre conception de la protection et de la conservation est toute autre que celle pratiquée par Monsieur le Maire.

Les Naboriens sont capables d’évaluer les choses et s’intéressent à leur patrimoine culturel et architectural. Ils savent faire la part des choses et aimeraient être consultés sur ce sujet si le dialogue et le débat étaient possibles.

Nous aimerions débattre et chercher ensemble des solutions, argumenter nos points de vue, cheminer vers un consensus, mais à condition que les dés ne soient pas pipés par le jeu des dominations et des pressions des pouvoirs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *