Le patrimoine aujourd’hui, en France

Depuis les années 1970, le sens du patrimoine a été largement étendu. Il ne se limite plus au cadre strict des éléments architecturaux remarquables et au patrimoine écrit et graphique, mais se consacre également aux éléments faunistiques et floristiques, paysagers, mais aussi aux langues locales ou encore au patrimoine écrit, notion qui recouvre aussi bien les manuscrits et livres rares que les collections constituées dans un but de conservation (fonds régionaux, collections thématiques…).

Le patrimoine fait appel à l’idée d’un héritage légué par les générations qui nous ont précédés, et que nous devons transmettre intact ou augmenté aux générations futures, ainsi qu’à la nécessité de constituer un patrimoine pour demain. On dépasse donc largement la simple propriété personnelle (droit d’user « et d’abuser » selon le droit romain). Il relève du bien public et du bien commun.

« L’héritage ne se transmet pas, il se conquiert. »— André Malraux (1935)

 Réfectoire Ardant du Picq

Le patrimoine architectural en France

Le patrimoine architectural en France est constitué par la partie du patrimoine culturel français appartenant du domaine de l’architecture.

L’article L 110 du Code de l’urbanisme affirme que Le territoire français est le patrimoine commun de la Nation, et intègre ainsi dans le droit la notion élargie de patrimoine.

Le patrimoine architectural en France est géré de plus en plus localement depuis la loi de décentralisation de 1983. Le ministère de la Culture et de la Communication maintient cependant des Directions régionales des affaires culturelles, dont se sont détachés récemment divers services concernant le patrimoine bâti. Au niveau départemental (services déconcentrés de l’État), une partie des missions est assurée par les Sdap, Services départementaux de l’architecture et du patrimoine dirigés par un Architecte des Bâtiments de France.

 

Le patrimoine culturel

Le patrimoine culturel se définit comme l’ensemble des biens, matériels ou immatériels, ayant une importance artistique et/ou historique certaine, et qui appartiennent soit à une entité privée (personne, entreprise, association, etc.), soit à une entité publique (commune, département, région, pays, etc.) ; cet ensemble est généralement préservé, restauré, sauvegardé et montré au public, soit de façon exceptionnelle (comme les Journées européennes du patrimoine qui ont lieu un weekend au mois de septembre), soit de façon régulière (château, musée, église, etc.), gratuitement ou au contraire moyennant un droit d’entrée et de visite payant.

  •  Le patrimoine dit « matériel » est surtout constitué des paysages construits, de l’architecture et de l’urbanisme, des sites archéologiques et géologiques, de certains aménagements de l’espace agricole ou forestier, d’objets d’art et mobilier, du patrimoine industriel (outils, instruments, machines, bâti, etc.).
  •  Le patrimoine immatériel peut revêtir différentes formes : chants, costumes, danses, traditions gastronomiques, jeux, mythes, contes et légendes, petits métiers, témoignages, captation de techniques et de savoir-faire, documents écrits et d’archives (dont audiovisuelles), etc.

image

4 commentaires

  • Ces bâtiments sont très beaux: certes ils sont en ruine a cause d’un manque d’entretien durant plusieurs années.. Mais j’en suis sur q´on pourrai faire de ce lieu un endroit attractif. Il est vrai que cela a un coût?
     » L' »Infanterie-Kaserne » rebaptisée « caserne Ardant du Picq » en souvenir de Charles-Jean-Jacques-Joseph Ardant-du-Picq,
    colonel du 10ème Régiment d’Infanterie de Ligne, tué par un éclat d’obus à Longevilles-les-Metz le 15 août 1870. » Source: http://www.shpn.fr

  • Un peu de sagesse…

    « Entre un environnement urbain où prolifère le bric-à-brac désordonné des gigantesques
    caisses à commerce avec leur surenchère de publicités qui n’ont de lumineux que les watts
    qu’elles consomment sans modération, Notre insatiabilité enlaidit le monde et nous crée un
    univers sans âme. La préservation de la vitalité et de la beauté du patrimoine est une
    nécessité absolue. Nous la devons à nous-mêmes et aux êtres qui adviendront après nous. »

    Pierre Rabhi (il semble qu’il soit passé par Saint Avold???!!!)

    • Merci Jacques de citer Pierre Rabhi et sa sagesse.
      La légende qu’il raconte illustre un peu notre action. Voici pour qui ne la connait pas:
      Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
      Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *