LE REPUBLICAIN LORRAIN ROULE POUR QUI?

On 27 mars 2015 by admin

PresseARDANT DU PICQ
De classement vertical il n’y aura pas, contrairement à ce que laisse entendre le Républicain Lorrain du 25 mars dernier. La volonté politique de l’actuel maire de laisser pourrir l’investissement d’1 000 000 €, prix du rachat d’Ardant du Picq, provoque une inscription aux monuments historiques et non son classement.

DESINFORMATION NON. INFORMATION OUI.
Les bâtiments du site Ardant du Picq ne seront pas classés en Patrimoine Historique. Afin d’être tout à fait complet sur ce dossier il convient de préciser que c’est la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) de Metz qui est chargée de faire une inscription aux monuments historiques.
Certains bâtiments seront détruits alors que d’autres resteront en place, protégés par l’article VI du code du Patrimoine. « Avant toute intervention sur un immeuble inscrit, il appartient au propriétaire de se rapprocher des services de l’état. »
Par cette inscription, un intérêt d’art ou d’histoire aux bâtiments non détruits est reconnu. Cela était bien le but de l’association Patrimoine Saint Avold.

LE PATRIMOINE N’EST NI DE GAUCHE, NI DE DROITE :
A ce jour, 380 Naboriens soutiennent notre action. Ces défenseurs du Patrimoine n’acceptent pas d’être amalgamés à quelque mouvance politique que ce soit comme indiqué sur le Facebook de Monsieur le maire. On nous y ressort ce « rat crevé » des élections municipales de 2014 et cela à trois jours d’un scrutin qui place l’actuelle municipalité en bien mauvaise posture. Manipulation, coup électoral et propagande.

LA CLINIQUE SAINT NABOR : petit rappel des faits
Son directeur, agent immobilier, se serait bien repu d’un bail emphytéotique. Souvenez-vous du scandale : 1000 € par mois de location pour 2 hectares (aménagés aux frais de la commune de Saint-Avold – NDLR), proposition du maire qui défendait les intérêts du privé plutôt que ceux des Naboriens.
Je vous invite à consulter la vidéo du conseil municipal du 23/09/2014 à partir des 25,48 minutes à 35,35 minutes. C’est édifiant ! Tout cela sous couvert d’une soi-disant politique de santé qui n’avait nul besoin des efforts des contribuables. Encore qu’une « erreur » sur les terrains de la rue Altmeyer a failli nous couter 250 000 € indus. Là aussi, notre vigilance a fait faire des économies à la ville. Nous n’en avons pas été remercié ni officieusement, ni officiellement, bien au contraire.
Le dossier juridique de l’affaire Ardant du Picq est en marche. Nous démontrerons que ce site, acheté 1000000 € sur les deniers publics, a été laissé à l’abandon par la municipalité d’où le délabrement actuel des bâtiments. Naboriens : nous avons payé 1 000 000 € lors du rachat du site à l’Armée. Sa destruction complète continuerait à coûter à la population sans le moindre bénéfice et pour la perte totale du patrimoine. L’éradication de tout potentiel touristique semble être le mot d’ordre de la municipalité actuelle. De qui se moque-t-on ? Ce n’est pas parce qu’elle n’a pas d’idée, qu’idée il n’y a pas !
Quant à Charlot (« Charlie » se mérite), nous ne le sauverons pas de sa « dédéconfiture » annoncée.

N.B : Malgré notre demande, nous n’avons toujours pas obtenu de droit de réponse de la part du rédacteur au Républicain Lorrain. Bizarre à trois jours d’un scrutin.

Richard BOUZIGES
Président de « Patrimoine Saint Avold »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *